Mon panier
MON PANIER (0)
                              Recherche  
 
 
 
Carte blanche à Ingrid Astier
Contrainte
"Je me souviens" de mon premier émoi culinaire. Une plongée dans le passé, la mémoire, dans l’éveil des sens.


 

La naissance du désir

Framboise
© Hervé Nègre
Je me souviens de mon premier coulis de framboise… Bien que se souvenir soit inexact : je suis régulièrement hantée par ce coulis. Dans ma tête d’enfant, il superpose clairement deux images : le dessert et la sensualité.

Car des desserts, j’en avais dévoré ! Mes souvenirs sont constellés de ces rendez-vous gourmands, qui servent de marque-pages à ma mémoire. Mais si je devais élire l’acte fondateur de mon hédonisme, c’est ce coulis qu’il faudrait honorer.

Il est là, dans un saladier transparent, escortant la charlotte aux fruits rouges qui n’en finit pas de s’alanguir sur la porcelaine fleurie. La charlotte, un nom tout en sympathie pour un gâteau qui soigne ses atours. Il me fallut quelque temps pour comprendre que la charlotte jouait de la dualité voilée/dévoilée. L’érotisme latent de la crème faite chair : rose ruban satiné… Crème fruitée qui offre sa nudité entre deux jambes de biscuit poudrées de sucre glace…

Et puis il y avait le cadre : le restaurant où mes parents me menaient. Bien assise au fond de la chaise, fascinée par le cérémonial qui participait du plaisir, ce ballet des serveurs penchés sur mon assiette…

La nappe couleur calisson, sa distinction blanche. La cuillère d’argent qui civilisait mes appétits. Apprentissage des codes avec mon frère, une fois les arcs en bois de forsythia et les flèches en noisetier déposés. Moments d’exception.

Je revois la lame tranchant la charlotte, avec la netteté d’un sacrifice. Mise à mort sucrée dans mon assiette. Et ce saladier que l’on approche. Cette couleur de rouge à lèvres. Voilà que l’on noie ma charlotte sous une lave soyeuse ! Peu à peu, les cuillerées effacent le lac rubescent. Alors, je redemande, encore et encore, de ce fleuve fruit qui m’apprivoise. Avant cette charlotte au coulis, les framboises se cachaient, pour moi, dans le feuillage piquant des buissons. Jamais je n’avais bu de framboises. Car là réside le charme du coulis, trouble entre la cuillerée et la lampée.

Je scellai alors avec les gâteaux un pacte de désir, que le temps n’a jamais démenti.

 

Au menu

Ouverture
La naissance du désir
La reine des intrigantes
Dictionnaire imaginaire
Eloge de la crevette

 

 

La Fabrique de l'Epure

Collections dédiées à l'architecture
  Livres d'architecture

Nouveauté



   Newsletter Epure
Recevez gratuitement par email toutes les infos de l'Epure en vous abonnant à la newsletter

 


  


  Devenez Epure Addict
Recevez systématiquement et en avant-première les nouveautés de la collection Dix façons de préparer ou toutes les parutions des Editions de l'Epure. Plus d'infos

Coup de cœur




Les ateliers d’écriture de l’Epure
  Les ateliers d’écriture de l’Epure

  Top des ventes
1   L'art de saucer
2   Tronches de vin 2
3   Le parmesan
4   L'anchois
5   La morue
6   La roquette
7   Le chutney
8   Tronches de vin
9   Manifeste pour le vin naturel
10   La tomate


  

 
 
Revue de presse Flux RSS Index livres Carte Blanche Catalogue en PDF Conditions générales de vente Frais d'envoi Mentions légales Contact Crédits