Mon panier
MON PANIER (0)
                              Recherche  
 
 
 
Carte blanche à Pierrick Bourgault
Contrainte
Comment accommoder son amant ou sa bien-aimée. Une recette simple et coquine destinée aux amoureux à court d’idées mais pas d’envies…


 

Confidences de comptoir

confidences de comptoir


J’ai rencontré Pierrick Bourgault à l’occasion d’une interview destinée à Epure Ltd, la célèbre multinationale de l’édition. Nous avions rendez-vous au septième sous-sol d’un centre commercial. Il agitait son profil d’oiseau curieux devant un distributeur à café.
– Que conseillez-vous pour accommoder amant ou bien-aimée ?
Il régla son appareil auditif. Je répétai :
– Comment apprêter son partenaire pour mieux le déguster ?
Et comme il semblait n’avoir toujours pas compris :
– Au dernier millénaire, c’était comment, la vie amoureuse ?
– Bien, merci. Et vous ?
– Faut m’en dire davantage, c’est une interview…
– D’accord. Alors je vais vous raconter un truc. A mon époque, les hommes s’obstinaient à inviter les postières et les sténodactylographes dans des restaurants chics, pour les épater…
– Et pas vous ? Quel était votre secret ?
– Conduire la demoiselle dans des troquets délétères, là où elle n’aurait jamais posé ses escarpins : les estaminets pour pilotes de péniche, la buvette du syndicat des gardiens de parking… Exotisme social garanti. Les doctorantes en sociologie, elles adoraient. Les historiennes de l’art se pâmaient devant les chatons en quadrichromie des calendriers. Les architectes-décoratrices sifflaient d’admiration devant le skaï défoncé des banquettes. Cette tournée des troquets amusait aussi les éditrices – vous n’imaginez pas les beautés que l’on croisait, dans les bureaux des grandes cités, ces voix envoûtantes… Les attachées de presse, si attachantes. Les expertes comptables – on aurait tant aimé compter un peu pour elles. Quant aux psycho-diététiciennes, elles étudiaient l’aspect transgressif du jambon-beurre et la naturalité de la sardine à l’huile. Dans mes bistrots pouraves, on se marrait plus que dans les palaces, je vous assure ! Cinquante francs la soirée inoubliable.
– Pardon ?
– … Vingt centimes d’eurodollar. D’ailleurs si vous pouviez me les avancer pour la machine à café, ça m’arrangerait.
Grand-Paris (Europe), juin 2040

 

Au menu

Ouverture
Saveurs clandestines
Nuit blanche
Mots-valises : de "apérotative" à "fier comme un bar-tabac"
Confidences de comptoir

 

 

La Fabrique de l'Epure

Collections dédiées à l'architecture
  Livres d'architecture

Nouveauté



   Newsletter Epure
Recevez gratuitement par email toutes les infos de l'Epure en vous abonnant à la newsletter

 


  


  Devenez Epure Addict
Recevez systématiquement et en avant-première les nouveautés de la collection Dix façons de préparer ou toutes les parutions des Editions de l'Epure. Plus d'infos

Coup de cœur




Les ateliers d’écriture de l’Epure
  Les ateliers d’écriture de l’Epure

  Top des ventes
1   Alexandre Couillon
2   Le citron
3   Le vin jaune
4   La main à la pâte
5   Jamais sans mon kmion
6   Les boulettes
7   Les confits
8   La tomate
9   Manifeste pour le vin naturel
10   Le parmesan


  

 
 
Revue de presse Flux RSS Index livres Carte Blanche Catalogue en PDF Conditions générales de vente Frais d'envoi Mentions légales Contact Crédits