Mon panier
MON PANIER (0)
                              Recherche  
 
 
 
> > A la table de San Antonio


A la table de San Antonio
2 en 1

A la table de San Antonio


« – Alors, m’sieur le commissaire ! Vous allez vous mettre à table ou bien on vous cuisine aux forceps ? Tout San-Antonio que vous soyez, avec nos méthodes, vous finirez par cracher le morceau, vous verrez ! Vous préférez qu’on vous passe sur le gril ou au presse-purée ?
– Qui ça, on ? dis-je en reluquant le gnace qu’est entré sans frapper dans mon burlingue, suivi comme son ombre par un gros lard à frime de bouledogue qu’a des paluches épaisses comme des chateaubriands.
– Les bœufs-carottes, bien sûr ! Tu vas pas nous dire qu’avec ta réputation d’as des as, tu nous avais pas reniflés ?
– Puisqu’on se dit tu, je vais t’avouer qu’à l’odeur faisandée, si ! Mais pourquoi l’Inspection Générale des Services me court-elle sur le râble ?
– Dis-donc, poulet, est-ce que tu nous prendrais pour des truffes ? Depuis le temps que tu traînes tes savates avec ce vieux mironton de Pinaud et cette grosse enflure de Bérurier, tu crois qu’on n’a pas pigé que tu mijotais quelque chose ? Sans parler de ta vieille.
– Félicie ? Ma brave femme de mère est dans le coup ?
– On pense même que c’est elle le cerveau.
– Ma Féloche à moi ?
– Joue pas les crèmes d’andouille, tu veux ?
– On sait très bien qu’elle note tout dans un gros cahier. Et que jusqu’à ces jours-ci, elle le planquait dans sa cuisine.
– Dans sa cuisine ? Le cahier de Félicie avec toutes ses recettes aux petits oignons ? C’est ça que vous cherchez ?
– Oui, mais il a disparu ! On a perquisitionné ton pavillon de Saint-Cloud ce matin pendant que ta vioque était au marché et on n’a rien trouvé ! Rien !
Peau de balle...
Dans ma Ford intérieure, je commence à me fendre la hure, ce qui n’est pas vraiment du goût du suprême de volaille de mes deux.
– Et si je parle pas ? lui bonnis-je.
– Alors, tu vas déguster ! Une praline dans le citron, une dragée dans la brioche, une prune dans les côtelettes, un pruneau dans les tripes... Qu’est-ce que tu préfères pour finir en viande froide ?
– Page 267 !
– Qu’est-ce que tu dégoises ?
– La recette du poulet froid, c’est page 108 du cahier de Félicie.
– Mais où est-il ? braie-t-il comme un âne qu’on viendrait de castrer.
– En vente dans toutes les bonnes librairies !
J’ai gueulé si fort qu’il doit avoir les tympans crevés. Alors, sans même un regard pour cette paire d’emplumés, je quitte la maison Parapluie. M’man m’attend pour déjeuner. Et y a de la blanquette de veau au menu... »

Blandine Vié

À consulter également : San-Antonio se met à table et Testicules, fête des paires











Thèmes : San-Antonio, Vié, Testicules, Michel Tolmer,

Partager sur les réseaux




 
   Newsletter Epure
Recevez gratuitement par email toutes les infos de l'Epure en vous abonnant à la newsletter

 


  


  Devenez Epure Addict
Recevez systématiquement et en avant-première les nouveautés de la collection Dix façons de préparer ou toutes les parutions des Editions de l'Epure. Plus d'infos

Coup de cœur





 
 
Revue de presse Flux RSS Index livres Carte Blanche Catalogue en PDF Conditions générales de vente Frais d'envoi Mentions légales Contact Crédits